presse

Interviews Swiss Blues Society

 

 

 

 

Une série de trois interviews de Amaury Faivre Duo par Christophe Losberger, président de la Swiss Blues Society, qui les interroge en tant que vainqueurs du Swiss Blues Challenge 2017 et participants aux International Blues Challenge et European Blues Challenge en 2018.

Interview 3/3, 5 juillet 2018

Swiss Blues Society : Bonjour, on est actuellement au Sierre Blues Festival du Amaury Faivre Duo et je vais profiter de leur présence ici pour les interviewer sur le European Blues Challenge qui s’est déroulé il y a deux mois à Hell. Bonjour messieurs, comment s’est déroulé l’EBC pour vous ?

Yves : Merveilleusement bien, c’était clairement la suite de Memphis, une ambiance géniale, c’était… c’est difficile ce genre de trucs, il y a beaucoup de pression, beaucoup de gens, beaucoup d’attentes et de très bons groupes. C’était merveilleux, on a appris plein de choses, très contents d’avoir été classés quatrièmes à la fin, c’était juste génial.

Amaury : C’était très intéressant d’être là, d’aller en Norvège pour ça c’est magnifique, au bord de la mer, gelé partout, il faisait super froid, et les gens étaient super sympas super proches. C’est intéressant de se placer par rapport au niveau européen, les trois niveaux de la compétition sont complémentaires, le niveau local au Swiss Blues Challenge, et le niveau mondial à Memphis.

SBS : Donc riche en expérience ?

Yves : Super riche en expérience, et puis c’est un format très particulier ces 20-25 minutes, on s’est un petit peu laissé aller et on n’a pas suffisamment fait attention au temps. Il y a des gens qui bossent ça vraiment, et qui du coup sont très bons grâce à ça.

Amaury : Et avec l’improvisation pour nous c’est beaucoup plus dur à minuter, d’une fois sur l’autre un solo peut faire 30 secondes ou 3 minutes, ça dépends. On avait cadré certaines choses, mais il manquait trois minutes (rires)

Yves : On s’est laissés avoir, et on est d’autant plus contents d’avoir fini quatrièmes entre guillemets, parce qu’en fait ce n’était en fait vraiment pas un super truc qu’on a fait.

SBS : D’ailleurs j’en profite pour vous féliciter, d’habitude à partir des trois premiers on ne donne pas le classement, mais on a entendu par la bande qu’effectivement vous êtes arrivés quatrièmes et que pendant un bon moment du déroulement vous étiez troisièmes. Effectivement c’est très difficile de s’aligner contre des groupes complets quand on est un duo, et ce que j’ai entendu comme commentaires c’est que les gens ont été épatés de la qualité du duo, guitare et voix, et de l’énergie que vous y mettiez, et puis deuxièmement ce qui est beaucoup revenu c’est que tu es un excellent musicien d’harmonica, c’est un commentaires qui est revenu très très souvent. Donc bravo pour votre quatrième place, et justement, qu’est-ce que vous pensez, même si tout le monde n’y va pas, du niveau du blues européen que vous avez pu voir à l’EBC ?

Amaury : Le niveau est vraiment bon, quand on compare avec Memphis c’est un petit cran en-dessous, et c’est surtout aussi plus diversifié qu’à Memphis où ils sont tous dans style de blues bien défini. Là-bas c’est la soit la catégorie duo où c’est vraiment guitar picking, quelque chose de roots acoustique, ou alors, en groupe c’est guitare électrique, le power trio et Chicago blues. Alors qu’au niveau européen il y avait des choses vraiment différentes. Et du coup on a vu vraiment des bonnes choses. Il y a certains groupes qui étaient un peu en-dessous je pense car dans leur pays le blues est moins représenté, mais c’est agréable de voir qu’il y a beaucoup de choses qui sont cool.

Yves : Exactement et puis encore une fois, avec ces concours il y a des groupes sur lesquels on aurait clairement misés et dont on n’en a même pas entendu parler à la fin.

SBS : C’est vrai que je pense qu’en Europe on va plus facilement vers des genres un peu plus variés comme la soul ou le rockabilly même. Vous avez pu établir des contacts, rencontrer des gens là-bas, est-ce qu’il a des retombées immédiates ?

Amaury : La principale chose qui nous arrive est qu’on va jouer la semaine prochaine au Cahors Blues Festival, un très bon festival de blues.

Yves : Le plus d’Europe si je ne dis pas de bêtise, et le gars qui s’occupe de ça est très influent.

Amaury : Robert Mauriès était là-bas et même avant notre passage le deuxième jour, à la première soirée il y avait une jam, j’ai jammé avec l’harmonica, et on a discuté à la fin on était déjà engagés. De nous avoir vus après en duo a conforté son envie qu’on vienne, donc on y va !

Yves : On a vu pas mal de gens, et ça permet que ces gens qu’on va contacter maintenant sachent déjà ce qu’on fait, donc ça c’est vraiment fabuleux.

SBS : Vous avez fait l’ouverture du Swiss Blues Challenge le week-end dernier, d’ailleurs vous allez faire l’ouverture ici du Sierre Blues Festival, au Swiss Blues Challenge pour une fois vous étiez là de l’extérieur, c’est Manu Hartmann and the City Blues Band qui ont gagné cette année, je pense déjà que c’était un peu plus détendu d’être là en spectateurs…

Yves : Ca n’a rien à voir !

SBS : Et comment est-ce que vous voyez ce concours de l’extérieur, et les différents groupes qui passent ?

Yves : Comme disait Amaury, c’était relativement varié, sur quatre groupes il y avait quatre choses différentes, c’était bien, on était tout à fait d’accord avec le choix du jury, il y avait deux trucs qui se détachaient quand même clairement c’était Félix Rabin et Manu Hartmann.

SBS : Pour rappel, Manu Hartmann était là aussi l’année dernière quand vous avez gagné.

Yves : On l’avait trouvée moyen, et là on a vu une autre personne. Elle a vraiment travaillé pour ça et vraiment c’était une évidence.

SBS : Tout le monde était assez d’accord avec ça, effectivement c’était un peu figé, un peu scolaire l’année dernière, et là tout à coup elle était ouverte et détendue.

Amaury : C’est un peu la même chose qui nous est arrivé à Memphis, on a vu ce qu’il fallait faire, et ça nous sert maintenant.

SBS : La conclusion à ça, pour lancer des fleurs à la Swiss Blues Society c’est qu’effectivement il faut participer à ces concours parce que même si on ne gagne pas, on a plein d’expériences à en tirer.

Yves : C’est un concours fabuleux, ça donne un coup à tous les niveaux, soit pour se faire connaître, soit pour voir ce qu’il faut faire.

Amaury : La première fois qu’on l’avait fait c’était il y a six ou sept ans, on était venus avec un groupe, à Sierre, et ça nous a permis de jouer à Sierre quatre mois plus tard, même si on n’a pas gagné. C’est toujours intéressant de rencontrer des gens.

Yves : En plus le niveau est de plus en plus relevé. Les gens qui viennent là maintenant sont plus concernés par ce qu’ils font et il y a des groupes d’un meilleur niveau.

SBS : Est-ce que vous avez envie d’ajouter quelque chose, vous allez tourner beaucoup cet été ?

Yves : Cet été on va tourner pas mal pendant encore dix jours, après on va avoir pas mal de concerts encore, et vraiment se consacrer sur le disque en août, on est super contents de cette période, j’ai arrêté de travailler il y a maintenant six mois et maintenant on ne fait plus que ça. C’est grâce à ce concours, ça a été grandiose. Après on va travailler pour l’année prochaine, on a encore une quinzaine de concerts jusqu’à la fin de l’année et on va commencer à démarcher avec le disque pour faire toujours mieux, toujours plus haut !

SBS : Merci beaucoup, on se réjouis d’entendre votre nouveau CD bientôt, merci messieurs !

Amaury : Merci Christophe, salut !

voir l'Interview #1

voir l'Interview #2

Date

Jul. 5th, 2018

Categorie

Bienvenue !

Un instant...

Problème de serveur, désolé !

© 2019 Amaury Faivre. Tous droits réservés.